Les résultats des élections Européennes sont révélateurs de l’état de recomposition de la vie politique française. Ils confirment la vague de dégagisme amorcée en 2017. Les partis au pouvoir depuis 40 ans sont définitivement mis hors jeu. Le duel RN/LREM programmé pour 2022 peut avoir lieu comme prévu.

Mais plutôt que de commenter la victoire d’un tel ou la non-défaite de tel autre, je vous invite à un moment de légèreté. Après deux années de présidence Macron, je vous propose d’imaginer, avec humour et ironie, ce que pourraient être les trois prochaines années de son quinquennat. Ne voyez pas dans cet éphéméride une analyse politique fine mais plutôt, comment dire, le délire d’un observateur, amusé et néanmoins lucide…

 

Juin 2019 :

Malgré une participation en hausse, le niveau de l’abstention qui a marqué le scrutin du 26 mai est jugé inquiétant par l’exécutif. Le groupe LREM dépose une proposition de loi à l’Assemblée nationale visant à rendre le vote obligatoire. Le texte sera débattu à l’automne. 

 

Aout : 

Conséquence de leur déroute européenne, Laurent Wauquiez et Nicolas Dupont-Aignan annoncent leur ralliement à Marine Le Pen au cours des universités d’été organisées conjointement au Puy-du-Fou. Ils créent la coalition de Droite et appellent les électeurs à un sursaut républicain pour les élections Municipales de mars prochain.

 

Septembre : 

Les Gilets Jaunes sont soutenus par les Cols Bleus de l’industrie automobile et les Cols Verts, défenseurs de la biodiversité animale. Très vite, ils sont rejoins par les Bonnets Rouges, les Robes Noires des syndicats de la magistrature et les Blouses Blanches du secteur hospitalier. La coordination nationale se met en place. Ils créent l’association des « Moutons Tondus ». Francis Lalanne fait savoir qu’il composera un « Hymne aux Moutons ».

 

Octobre : 

La campagne des Municipales est lancée dans un contexte de contestation populaire généralisée. A droite comme à gauche, les représentants des partis sont discrédités. Plus de la moitié des maires sortant refusent de se représenter. LREM lance une campagne de recrutement sur internet pour trouver des candidats. Emmanuel Macron prend part à la campagne et publie un appel à candidature dans la presse régionale. 

 

Novembre :

Le texte de loi sur le vote obligatoire est adopté à l’Assemblée nationale à l’unanimité. Le vote blanc sera pris en compte dans les résultats mais son pourcentage sera attribué au vainqueur afin de renforcer sa légitimité. Invité au 20h de TF1, Richard Ferrand se félicite d’une avancée historique pour la démocratie.

 

Décembre :

Le Parti Salafiste Démocrate (PSD) présente une liste à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois. Au nom de la défense de la laïcité, il lance un appel à la création d’un jour férié musulman. Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate, annonce son indignation dans une interview exclusive accordée au journal La Croix. En réaction, le polémiste Éric Zemmour lance sur Twitter le ashtag #JeMangeduPorc. Les tensions entre communautés éclatent dans toutes les banlieues.

 

Janvier 2020 : 

L’Elysée entreprend une vaste campagne d’information pour expliquer aux français la qualité des réformes engagées par le gouvernement. Sur BFMTV et France Télévision, une émission quotidienne dite de décryptage est programmée aux heures de grandes écoutes. Le journal Libération est sauvé de la faillite et devient propriété de l’Etat. La rédaction de Paris-Match est transférée dans l’aile Ouest de l’Elysée afin que ses photographes puissent couvrir les moindres faits et gestes du couple présidentiel.

Moins de 48h plus tard, Edwy Plenel annonce le transfert des bureaux de Mediapart à Londres d’où il entend mener une « résistance à la désinformation ».

 

Février :

La disparition de la Taxe d’Habitation ayant fragilisé de nombreuses communes rurales, l’association des « Maires en colère » menace de boycotter l’organisation des élections municipales. En réponse, le gouvernement annonce un grand plan de sauvetage des campagnes en créant la Contribution de Résidence.

 

Dimanche 22 Mars 2020 :

Le parti présidentiel emporte la majorité des communes de plus de 2000 habitants, assurant ainsi à Emmanuel Macron un nombre suffisant de grands électeurs pour le prochain renouvellement du Sénat.

Après la réélection d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, la circulation dans le centre de la capitale est dorénavant réservée aux voitures électriques et hybrides. Des manifestations de « banlieusards en colère » éclatent au-delà du périphérique parisien, désormais transformé en promenade piétonne et cyclable. À Lyon, Gérard  Collomb est réélu. Le conseil municipal sera transféré dans la salle de repos de la maison de retraite “Les Pétunias” où il réside désormais. 

A Levallois, Patrick Balkany est réélu triomphalement dès le premier tour avec 92% des suffrages.

 

Lundi 23 Mars 2020 :

Le corps de Jean-Marie le Pen est retrouvé inanimé dans sa maison de St Cloud. Il aurait succombé à une crise cardiaque suite à la victoire du Parti Salafiste Démocrate  à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois.

 

Avril :

A l’initiative de l’association « les Moutons Tondus », une grande mobilisation nationale est organisée dans toutes les villes de France. Les organisateurs annoncent une participation record de plus de 4 millions de personnes. A Paris, l’itinéraire prévu entre Concorde, Invalides et Trocadéro est refusé par la Préfecture qui souhaite éviter les débordements sur les lieux sensibles du pouvoir. Le convoi s’élance finalement de la place de la République en direction de la place de la Nation. Jean-Luc Mélenchon tente de s’imposer en tête de cortège mais il est violemment agressé par un groupe de Gilets Jaunes qui le frappent en hurlant « la République, c’est nous ! »

 

Mai : 

A l’occasion d’une séance de dédicaces à l’Hypermarché Cora de Villeneuve-sur-Lot, François Hollande annonce sa candidature pour la présidentielle de 2022. Il obtient immédiatement le soutien de Jean-Vincent Placé.

 

Juin :

Une enquête explosive de Mediapart révèle un scandale d’Etat sur le financement de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Les preuves sont accablantes. L’association Anticor attaque l’Etat pour « corruption aggravée » mais le Conseil d’Etat déclare irrecevable la requête d’Anticor au motif que le délai de recours est dépassé. Dans une allocution officielle depuis l’Elysée, Emmanuel Macron déclare sa fierté d’appartenir à un pays où l’indépendance de la justice est préservée.

 

Aout :

Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 aout, le parlement adopte la loi prévoyant désormais le renouvellement intégral de la Chambre Haute (1). Les 348 sièges seront à pourvoir en même temps. En cas de victoire au Sénat, Emmanuel Macron aura tous les pouvoirs. 

 

Octobre :

Pour la sixième semaine consécutive, la magazine Valeurs Actuelles consacre sa Une au retour attendu de Nicolas Sarkozy. Dans un communiqué officiel, Bruno Lemaire annonce sa démission et son soutien à l’ancien président. Des proches de l’Elysée dénoncent la trahison de l’ancien Ministre des Finances.

 

Novembre : 

Le gouvernement n’avait pas anticipé le succès de la prime à l’achat de voitures électriques. Alors que l’hiver est particulièrement rigoureux, la consommation d’électricité atteint des seuils inquiétants. EDF a du mal à fournir. Les pannes de courant se généralisent dans tout le pays. Un incident dramatique est évité de peu à la centrale nucléaire de St Laurent-des-Eaux. À titre préventif, 17 centrales sont mises à l’arrêt. La France est plongée dans le noir et le froid. Le prix du Kw explose, provoquant une nouvelle vague de violence de Gilets Jaunes en colère.

 

Janvier 2021 :

Le premier sondage sur la Présidentielle de 2022 est publié par l’Institut OPIF. Marine Le Pen arrive en tête avec 42% d’intentions de vote suivie de Yannick Jadot avec 21%. Emmanuel Macron ne totalise que 16% d’intentions de vote. 

 

Février :

Pour la première fois sous la 5ème République, les élections Sénatoriales vont désigner les 348 sièges en même temps. Les élus En Marche étant majoritaires dans tous le pays, le parti présidentiel est donné grand favori de ce scrutin où seuls les « grands électeurs » peuvent voter. Le scrutin est également marqué par le retour de personnalités bien connues des français. Manuel Valls obtient l’investiture En Marche après sa défaite à la Mairie de Barcelone. François Bayrou revient lui aussi en force au coeur du dispositif Macronien. On le pressent déjà pour remplacer Gérard Larcher à la présidence du Sénat. Ségolène Royal quitte le PS et annonce son adhésion à EnMarche!.

 

Dimanche 21 Mars 2021 :

Avec 217 sièges sur 348, LREM obtient la majorité absolue au Sénat. Dès l’annonce des résultats, Emmanuel Macron annonce une nouvelle révision de la Constitution de 1958. Il convoque le parlement en congrès le 24 Mars afin de faire adopter le texte de la nouvelle Constitution.

 

Mercredi 24 Mars 2021 :

Réunit en grandes pompes au Château de Versailles, le parlement approuve le nouveau texte à la majorité. La nouvelle Constitution instaure le retour de l’Empire Français. L’élection Présidentielle de 2022 est supprimée. 

Les travaux de Notre Dame n’étant pas achevés, Emmanuel 1er sera sacré Empereur à la cathédrale de Reims. Le sacre impérial est lourdement chargé en symboles. Le passage de la République à l’Empire nécessite la création d’armoiries impériales et d’objets symboliques. Le visage d’Emmanuel Macron figurera désormais sur les billets de 500€.

0 Commentaires

Laisser une réponse

© 2010-2019 - Citoyens du Vote Blanc - Parti du Vote Blanc

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?